WWW.KNIGI.KONFLIB.RU

 
<< HOME
CONTACTS

Pages:     | 1 |   ...   | 44 | 45 || 47 | 48 |   ...   | 57 |

Russia and the World Communitys Respond to a Challenge of Instability of Economic and Legal Systems Materials of the International Scientific-practical Conference ...

-- [ 46 ] --

Pendant ce temps videmment les spcialistes en maintenance industrielle (ce qui ne fait pas autant rver que le statut cadre, qui joue le rle de miroir aux alouettes, mais pourquoi mentir sur la ralit des filires professionnelles ?) trouvent de lemploi sans problme. Notons par contre que cette fameuse crise des subprimes a justement t initie en Amrique par de jeunes cadres surqualifis dont la formation tait axe sur les seules techniques financires et qui restaient totalement ignorants des ralits conomiques et sociales auxquelles ils taient censs apporter leurs lumires Cependant alors que les pays mergents (Chine, Inde, Core du sud, Brsil etc.) sortent du tiers-monde et font de gros progrs sur le plan de la croissance conomique en rattrapant leur retard par rapport lOccident (la Chine surtout, qui va devenir latelier du monde), en Europe et aux Etats-Unis la reprise de la croissance reste bloque par un chmage de masse, le dveloppement de la pauvret et de la prcarit qui se sont accumuls depuis la vritable crise, celle qui dure depuis 1975 sous forme de croissance molle et que les experts et autres journalistes de bourse ne connaissent pas (eux qui ont lil riv sur la conjoncture), et qui a marqu la fin de ltape de la socit de consommation. Le problme aujourdhui cest limportance de lexclusion sociale : la demande sur le march est trs insuffisante pour permettre une quelconque reprise. Tant que les forces syndicales ne seront pas de retour pour arracher des augmentations de salaire, tant que les forces politiques favorables lintervention de lEtat et non au laissez-faire total ne seront pas au pouvoir, tant que les ides dominantes resteront acquises la mondialisation outrance sans rgulation internationale, nous resterons enliss dans la crise. Paradoxalement nous aurions besoin dun retour de Karl Marx pour sauver le capitalisme (il se produit dailleurs un peu aux plans politique et intellectuel).

En effet les politiques daustrit courte vue, prconises par des lites totalement dconnectes des ralits du terrain vont, tous les conomistes le savent, entraner les pays dvelopps dans lapprofondissement de la crise conomique par leffritement de la demande intrieure quelles provoquent au lieu de soulager la question de lendettement. Hlas mme des prix Nobel comme Stiglitz nont aucune prise sur le pouvoir, car, aujourdhui plus que jamais, cest le rgne de la politique-spectacle et lon ne veut aucunement couter les experts. Lultralibralisme apparat clairement prsent comme une idologie malsaine des pays riches qui les empche de comprendre les mcanismes profonds de la crise : on sen prend lEtat qui serait trop coteux alors quau contraire les politiques de protection sociale et de relance conomique sont plus ncessaires que jamais, la fois pour viter les dchirures de la socit (pauvret, exclusion, chmage, prcarit), les sirnes populistes sur le plan politique et enfin le blocage de la reprise conomique par manque de march intrieur.

Cest notre btise, celle de nos dirigeants, qui nous maintient dans la crise, rien dautre ! Quant la ncessit des luttes sociales pour faire monter les salaires et sopposer la toute-puissance des firmes multinationales, elle bute de manire bien comprhensible sur la peur du chmage...

Il est l le contresens fondamental du tournant ultralibral opr dans les annes 1980. A lpoque il fallait bien sr ragir contre des habitudes de facilit hrites des trente glorieuses lorsque les syndicats surpuissants ne se rendaient absolument pas compte, aveugls quils taient par leur idologie marxiste contestataire, que lentreprise devait dabord produire les richesses avant de les distribuer et que lon ne pouvait pas indfiniment craser les profits ni corseter la gestion des firmes par un ensemble de rgles toujours plus paralysantes ! Mais aujourdhui aprs 30 annes dultralibralisme on revient une socit de style 19me sicle avec des ingalits de revenus non seulement insupportables mais totalement inefficaces : seuls les marchs du luxe connaissent le boom, les dpenses courantes des couches sociales modestes qui se proltarisent vue dil se tassent toujours plus et le systme conomique se bloque dans une crise classique de sous-consommation.

Mais cela lultralibralisme est incapable de le comprendre et il sen prend lEtat : il faudrait diminuer les dpenses de lEtat et de la Scurit sociale, privatiser les services publics, renforcer la concurrence et la concentration des groupes industriels etc Hlas les dficits publics ou lendettement ne viennent pas aujourdhui dun Etat trop dpensier mais du marasme conomique qui empche lactivit de reprendre et dalimenter les rentres dimpts et de taxes sociales et ce marasme conomique (assez invitable en tant que transition entre deux rvolutions industrielles comme lavait brillamment dmontr le grand conomiste Joseph Schumpeter) est aujourdhui artificiellement autoentretenu par des politiques daustrit absurdes qui croient gurir le mal alors quelles en sont devenues la cause ! Le capitalisme ne sortira pas tout seul de lornire :

comme dans les annes trente, la relance de la croissance conomique par lEtat est une condition sine qua non pour atteindre la logique du dveloppement durable axe sur les mtiers et les objets nouveaux de la croissance verte lesquels doivent dboucher sur une tape suprieure des civilisations matrielles. De ce point de vue la pollution nest pas un obstacle mais un gigantesque march des techniques propres. Dun autre ct les organisations syndicales et les organisations de consommateurs doivent sorganiser au plan international pour pouvoir ngocier avec les grandes firmes qui ne sont pas leurs ennemis de classe mais au contraire des chevaux de trait comme disait si bien Sir Winston Churchill et nouveau on retrouve des problmes purement idologiques et non pas je ne sais quelle soi-disant contradiction interne du systme Lautre erreur de la vulgate ultralibrale, cest le choix dune mondialisation chevele, cest la croyance aveugle dans les bienfaits du libre-change total : que chacun se spcialise dans ses points forts et la communaut des peuples industriels senrichira mutuellement. Roulons dans des voitures chinoises, achetons des mdicaments indiens, du ptrole russe et vendons des TGV, des Airbus, des satellites lancer sur orbite etc. Chacun aura des marchandises moindre cot et pourra ainsi acheter plus, dveloppant par l-mme un processus vertueux de croissance des niveaux de vie et de dveloppement. Certes le principe est bon mais en temps de crise il se passe exactement linverse : avant mme que les salaires ne montent sous leffet dentranement dun processus dlargissement des marchs, ils descendent au contraire sous leffet dune concurrence des pays pauvres : arrt de la croissance des vieux pays industriels dont les entreprises dlocalisent qui mieux mieux leur production pour rester concurrentiels. La moiti du chiffre daffaires des firmes du CAC 40 se fait ltranger et la croissance des pays neufs, elle, bute sur linsuffisance de leurs marchs intrieurs : ils ont des bas salaires pour produire mais ne peuvent consommer. Bref, l o tout le monde devait senrichir et sentraider, nous inventons le meilleur moyen de couler ensemble ! Il ne sagit pourtant pas de jeter le bb avec leau du bain et de revenir au protectionnisme : le libre-change est bon mais il doit tre encadr. Exactement comme la finance internationale !



En Europe les problmes sont dautant plus dlicats que lUnion europenne elle-mme nest quun chantier en pleine construction : nous avons une monnaie mais pas encore une vritable constitution avec un vrai prsident qui concentre le pouvoir (en 2009 il y avait encore un prsident tournant Zapatero, un prsident de lEurope Van Rompuy, un prsident de lEurogroupe -qui runit tous les ministres des finances- Jean Claude Junker le Luxembourgeois, un prsident de la Commission europenne Jos Manuel Barrosocomme disait Henry Kissinger : lEurope, quel numro de tlphone ?!!! Il faut galement une diplomatie forte (or personne ne connat Catherine Ashton, qui fait office de ministre des affaires trangres) qui puisse sappuyer sur une arme europenne (elle est quasiment inexistante) Finalement nous subissons la conjoncture internationale, alors quil faudrait une relance conomique lchelon europen.

Certains anciens pays de lEst (Hongrie Lettonie Roumanie) ont d demander laide du FMI. Aujourdhui cest PIGS (Portugal, Irlande, Grce, Spain) le maillon faible LUnion Europenne a tous les atouts pour devenir la premire puissance mondiale (occidentale au moins) du 21me sicle. Il lui appartient de ne pas rater sa chance historique. Mais sait-elle o elle va ou bien va-t-elle connatre le sort de la tour de Babel ? Curieusement, je dirais quon assiste sur le plan gopolitique un jeu de chaises musicales : les Etats-Unis dAmrique dObama voudraient se rapprocher du modle europen en introduisant une protection sociale, la Russie avec ses nouveaux riches et sa folie du business devient un nouveau capitalisme de style amricain de lpoque classique et lEurope sans quelle le sache vraiment commence ressembler de plus en plus au vieux systme sovitique avec ses rgles touffantes et son politically correct qui occupe le mme statut au plan idologique (langue de bois) que le marxismelninisme du temps de lURSS A lheure actuelle ce qui manque le plus cest non seulement le courage et la lucidit, non seulement de vrais leaders qui aient une claire conscience de la situation et suffisamment de charisme, qui ne soient pas des politiciens courte vue distribuant chaque lection les mensonges qui les feront lire, mais surtout une perspective daction base sur une analyse raliste. Il faut une comprhension large des problmes mondiaux et une volont politique opinitre. Que ce soit en Europe ou ailleurs les problmes ne viennent que partiellement des contraintes conomiques et sociales, ils viennent galement de notre incapacit comprendre ce qui nous arrive, de notre refus remettre en cause nos sacrosaintes vrits et nos filtres idologiques, de notre peur terrible du changement qui nous condamne nager dans un ocan de problmes que nous refusons, telle lautruche, daborder de face. Cest pourquoi on ne peut qutre optimiste : un jour viendra forcment o nous verrons plus clair ! Il faudrait cependant se dpcher

EU FISCAL RULES: LESSONS FROM SGP AND A NEW FISCAL TREATY

Introduction Stability and growth pact (SGP) adopted by the European Council in in Amsterdam came into force on 1st of January 1999 with adoption of euro. It consisted of three main binding parts:

Resolution of European Council, European Commission and the member state, where member state is obliged to regulate his economic policies with objective of mid term balanced state budget eventually surplus of budget.

Every member state regularly prepare and submit program of stability which defines mid term budget objectives. Member states without common European currency prepare for European Commission the convergence programs. Convergence program is the continuation of Pre-accession economic program (PEP) of every country. Unlike PEP is formed for a longer time horizon. It creates a space to explain intensions to adopt euro or possibilities for membership in economic and monetary union without derogation. At the same time, it provides more integrated view over growth of economy and choice of economic policy in term of expected effects of extensive structural reforms as well as effect of economic cycles.



Pages:     | 1 |   ...   | 44 | 45 || 47 | 48 |   ...   | 57 |
 

:

. - ; , . . ...

2011 2012 027 78.34(2)7 28 : . . , . . 2011 : 28 . . . . / . . ; . . . . - . . . ; .:...

400 : : () 14.02.2013, 18:18 . - . . , ...

: . * ; ; ; ; . ; . ; ; ;...

- XIV WONDERS OF THE NATURAL MIND The Essence of Dzogchen in the Native Bon Tradition of Tibet Station Hill, New York, 1993 . , . . , , ...

030900 2013 - 2013 . : . .: , 2013.. . , .3. . . , 2013 ....

. - , . 80- . XX . , [1]. (1979) , ...

200 . _ 74 - () 2008 _ ...

Harcourt Brace Jovanovich, Publishers San Diego New York London , : 330.831.84 65.01:66.0 88 Published by arrangement with Harcourt, Inc. ., . 88 : / . . .: , 2007. 356 . (...

1. 1.1. () , 030301 . 1.2. 030301 . 1.3. () (). 1.4. . 2. ...






 
<<     |    
2013 www.knigi.konflib.ru -

, .
, , , , 1-2 .